La basse consommation

APPROCHE ET CONCEPTION GLOBALE POUR RENDRE UN BÂTIMENT PERFORMANT

Pour réaliser un bâtiment performant d’un point de vue énergétique, sain et confortable pour ses occupants et pour un coût acceptable, il est nécessaire d’adopter une démarche globale dès la conception, plutôt que d’empiler des solutions techniques plus complexes les unes que les autres. Le bâtiment bois en particulier, idéal pour répondre à cet objectif de performance, doit être vu comme un système où s’enchevêtrent structure, enveloppe, isolation, système d’étanchéité, etc. et être traité dans son ensemble.

Compacité du bâtiment
Afin de réduire les déperditions de chaleur par les parois, il est évident qu’il faut réduire les surfaces en contact avec l’extérieur. La compacité du bâtiment se définit comme le rapport entre le volume et la surface de parois froides. Pluscette valeur, exprimée en mètre, est grande, moins le bâtiment aura de déperditions.

Orientation et insertion dans l’environnement
Une orientation qui maximise les apports solaires l’hiver est à privilégier. Ce choix se couple avec la répartition du vitrage sur les façades, de préférence au sud lorsque cela est possible. Il faudra, en revanche, bien veiller à se protéger des surchauffes estivales et en mi saison par des protections solaires adéquates. L’orientation du bâtiment tiendra également compte d’autres paramètres de l’environnement proches : réseaux, bruits extérieurs, paysage, relief, etc. afin d’optimiser le confort des occupants.

Étanchéité à l’air
Une mauvaise étanchéité à l’air peut être responsable de 25 % des déperditions du bâtiment. Il est donc indispensable de concevoir un système performant et pérenne.  Le soin apporté aux détails d’assemblage dès la conception est primordiale. En cours de chantier et à la  mise hors d’eau hors d’air, des tests thermiques et d’infiltrométrie (Blower door) sont effectués afin de détecter et visualiser les flux  d’air s’infiltrant au travers de l’enveloppe et de les corriger.

Isolation des parois et menuiseries
Le coefficient d’isolation d’une paroi opaque ou vitrée est un des paramètres à maîtriser pour concevoir un bâtiment performant thermiquement.
Le système ossature bois permet en particulier une forte isolation entre montants pour une faible épaisseur de murs, et le risque de ponts thermiques est faible.
Le choix des menuiseries extérieures devra être fait en tenant compte non seulement des performances thermiques du vitrage mais également de celles du châssis. Il est important d'avoir toujours à l'esprit que, même performante, une menuiserie extérieure sera toujours 5 à 6 fois plus "déperditive" qu'un mur opaque correctement isolé. Un juste compromis est donc à trouver en phase de conception entre apport solaire et déperdition thermique.

Choix des systèmes techniques : ventilation et chauffage
Une fois les déperditions réduites à leur minimum et les apports solaires gratuits optimisés, on peut alors définir les systèmes chauffage et de renouvellement  d'air nécessaires au confort et à la santé des occupants.
Le recours à un système de ventilation mécanique double-flux couplé à un échangeur calorifique permet une économie de chauffage importante.
Correctement dimensionnées et judicieusement positionnées dans la construction, les bouches insufflent l’air frais dans les pièces à
vivre (séjours, chambres) qui sera ainsi réchauffé, par l'air vicié extrait des pièces humides (cuisine, toilette, salle de bains).
Dans les régions chaudes  ou dans les habitations secondaires, le recours à une
ventilation simple flux hygroréglable (hygro B) peut être le compromis idéal pour la performance thermique et l'économie.

Un coût raisonnable…
Les retours d’expérience dans d’autres pays ont montré que les mesures les plus efficaces en terme de performance énergétique étaient celles prises dès la phase de conception du projet comme la compacité, l’orientation ou la répartition du vitrage et des protections solaires sur le bâtiment. Ces diverses dispositions prises lors de la définition du projet impacteront peu le coût de la construction. Une autre économie importante, qui peut être réalisée, est de s’affranchir du système de chauffage traditionnel dès lors que le bâtiment est passif.
Par ailleurs, lors du montage d'un projet, il est indispensable de raisonner en coût global et de ne pas se limiter au simple coût de la construction.
Les charges d'exploitation, pour une durée de vie du bâtiment de cinquante ans et plus, représentent plus de 70 % de la totalité des coûts. Les dépenses énergétiques grandement diminuées dans un bâtiment thermiquement performant raccourcissent le temps de retour sur investissement. Les banques ont d'ailleurs mis en place des prêts immobiliers à taux bonifiés pour faciliter ce type de projets.

Maisons Côté Bois est prête pour le BBC
Afin de répondre aux demandes croissantes d’économies d’énergie, Maisons Côté bois propose un système de parois évolutives répondant aux labels BBC et passif et crée ainsi son 1èr modèle de maison basse consommation.

Découvrez les Maisons Bois Evolutives.
Afin de rendre plus accessible la maison basse consommation, Maisons Côté bois a développé une démarche reproductible et très intégrée permettant de réaliser des projets personnalisés à partir d’éléments prédéfinis.

www.maisons-bois-evolutives.fr

 

Un exemple de maison soumise aux études d’optimisation
Modèle analysé : TORONTO de 127m2 hab. et 134m2 SHON.
Résultats de l’étude d’optimisation thermique :  Ubat projet de 0.428  pour un Ubat référence de 0.608 – RT2005, écart 29.6% .
Cep* de 43.32 pour un CEP référence de 146.14, écart de 70.36%.
Niveau BBC  atteint avec : Sur isolation en isolant végétal ou minéral, Pompe à chaleur Air/Eau, plancher chauffant basse température au RDC et radiateurs basse température à l’étage, production d’eau chaude sanitaire solaire, VMC simple flux hygro B.
Niveau de consommation énergétique en A = 43 kWhEP/m2.an.
Niveau d’émission de Gaz à Effet de Serre (GES) en A = 2 kg CO2/m2/an.
Autres solutions possibles : VMC double flux, Poêle à bois/granulé, panneaux photovoltaïques…
*CEP : Consommation énergie primaire en (kWhep/m²/an).